En mars 2018, de nombreux acteurs de la société civile (une quarantaine d’associations, coopératives et collectifs citoyens) se sont associés pour la deuxième édition du festival « Nourrir Liège ». Les risques liés à la présence de perturbateurs endocriniens dans l’assiette des enfants sur leur santé fut le thème le plus sensible abordé lors de ce festival, en particulier lors du débat politique organisé le 22 mars.

Suite à l’intervention du Dr Anne-Simone Parent (Docteur en médecine et en sciences biomédicales et pédiatre endocrinologue à ULiège) qui a exposé les dangers sur la santé de ces substances chimiques, un premier projet de délibération a été soumis au Conseil communal de Liège, en sollicitant l’urgence à l’initiative du parti Vega suivi d’Ecolo, le 26 mars 2018. Dans le même temps, des parents d’élèves d’une école de Liège ont lancé une pétition adressée aux mandataires communaux liégeois en faveur du bannissement des perturbateurs endocriniens des assiettes des enfants fréquentant les crèches et écoles de la Ville de Liège[1].

Le 28 mai 2018, le Conseil communal de Liège a finalement pris ses responsabilités en votant une délibération[2] visant à « limiter la distance parcourue par les aliments achetés » et à « bannir les perturbateurs endocriniens de l’alimentation » proposée dans les services communaux à destination des enfants. Le Collège communal liégeois est désormais chargé d’inclure des clauses relatives à ce texte dans les futurs marchés publics.

Après avoir été la première autorité locale belge à signer le Pacte de Milan pour des territoires agricoles durables et lancé le projet novateur Creafarm, le Conseil communal liégeois montre à nouveau l’exemple dans la lutte pour une alimentation saine et durable[3].

Cette avancée met en avant l’importance des débats politiques et échanges organisés lors du festival « Nourrir Liège » dans le but de permettre l’accès à tou.te.s les liégeois.es à une nourriture de qualité et de favoriser la transition alimentaire de la ville. Nous nous en réjouissons et resterons vigilant quant à l’application concrète des décisions du Conseil.

Cette décision importante montre à quel point les pouvoirs locaux peuvent être un levier remarquable de changement car consommer ‘local et bio’ n’est pas uniquement un effet de mode ; c’est avant tout – collectivement – une responsabilité sanitaire, environnementale et économique dans l’immédiat et dans le futur. Nous espérons que cette délibération prise à Liège inspirera de nombreuses communes de Belgique à l’aube des élections communales du 14 octobre 2018 car rien ne compte plus que la santé de nos enfants.

L’équipe du festival « Nourrir Liège 2018 »

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

[1] Article sur la pétition des parents d’élèves et vidéo de l’intervention du Dr Parent disponibles via le lien https://www.catl.be/bannir-les-perturbateurs-endocriniens-des-creches-et-ecoles-liegeoises/

[2] Texte complet de la délibération votée par le Conseil communal via le lien https://www.catl.be/wp-content/uploads/2018/06/Pour-bannir-les-perturbateurs-endocriniens-de-l.pdf

[3] Visuels disponibles via le lien https://www.facebook.com/NourrirEcoleLiege/

 

%d blogueurs aiment cette page :